Chasseur de légendes 84

Publié le par camus

 

Journal de bord d'un chasseur de légendes

 

Chapitre 84

 

Le démon du Lot

 

 

Si Cahors se trouve être la plus grande ville

du département du Lot, il se trouve aussi que

c'est l'un des points les plus sujet aux légendes

de ce même département, on parle de pierres

antiques, de créatures mystérieuses baignant

dans les eaux de la rivière ou bien au contraire,

 embusquées dans les hauteurs qui entourent la

ville, mais il y a aussi beaucoup de racontards,

aussi est il plus simple de s'attarder sur les

récits connus et reconnus que voici.

 

 

 

ID0 Pont Valentré, Cahors

 

 

En arrivant sur le pont fortifié Valentré, quelle

ne fût ma surprise quand je pût découvrir son

autre appellation "Pont du Diable", surnom

revenant souvent à l'époque de sa construction

soit le XIVème siècle. Magnifiquement conservé,

ce pont abrite une légende qui revient souvent

dans le coin. On raconte que, desespéré par la

lenteur des travaux, le maître d'oeuvre fît un

pacte avec le diable (ce qui fait penser aux

portes de Notre-Dame de Paris). Satant promît

d'amener tout son savoir-faire à la construction

de ce pont (on connaît ses talents d'architecte

avec le Mont-Saint-Michel), en échange de quoi,

le maître-d'oeuvre devra renoncer à son

âme et la confier au malin.

 

Les travaux avançant rapidement et le contrat

arrivant à son terme, notre homme demanda au

diable d'aller chercher de l'eau à la source

des Chartreux pour ses ouvriers avec un crible.

Chose impossible pour le diable, le contrat fût

rompu et le maître-d'oeuvre pût sauver son âme.

Furieux le diable décida chaque nuit d'enlever la

dernière pierre de la tour du Diable, la centrale, que

les maçons s'acharnaient à remettre à chaque fois.

 

 

 

HT5 Pont Valentré, Cahors

 

 

Lors de la restauration du Pont en 1879 par

l'architecte Paul Gout, on fît placer une pierre

sculptée d'un démon, les mains prises dans le

ciment en référence à la légende de la construction

du pont. C'est lors de ma visite au musée du Pont

que je découvrais les détails de cette histoire,

aussi, la première idée que j'eu en retraversant le

pont, c'était celle de retrouver la fameuse sculpture.

On parlait de tour mais on ne précisait pas de laquelle

il s'agissait, vu qu'il y en avait 3. En levant les yeux

au ciel, je fini par découvrir le surprenant diablotin,

piégé dans la pierre. Evidemment, si vous vous

y rendez, je vous laisse le soin de la chercher

par vous-mêmes.

 

On raconte aussi que le pilier central renferme

un fabuleux trésor, certains disent que le pont

fortifié servait à défendre la ville et que le plus

imposant et résistant pilier de l'édifice servait à

protéger son origine. Evidemment, des histoires

de trésors on en trouve à la pelle (rien que sur mon

blog il est question de celui de Gisors, d'Etretat, de

Neaufles-Saint-Martin ou bien encore Montmartre),

il est très difficile de déterminer l'origine d'une telle

histoire, sans doute cela relève t'il du fantasme humain

mais sais t'on jamais... en tout cas je n'ai trouvé

aucune piécette sur mon chemin ce jour là.

 

 

 

II1-Pont-Valentre--Cahors.jpg

 

 

En quittant le pont, je pensait à une autre

batisse fortifée, la cathédrale Saint-Etienne

de Cahors, car oui, cet édifice est bien une

forteresse, édifiée au XIème siècle, c'est un

joyau architectural et l'un des plus vaste édifices

français à coupole. Mais qu'à t'elle donc de si

particulier cette cathédrale aux allures d'austère

forteresse médiévale ? Bon il y a bien sûr son

architecture envoutant au différents styles

puisqu'on y retrouve du roman, du gothique,

du byzantin et bien évidemment le style militaire

de l'époque, mais ce n'est pas tout, la cathédrale

jouit d'une aura toute particulière grâce à

la présence d'une relique.

 

 

 

HX6 Cathédrale Saint Etienne, Cahors 

 

En effet, rapportée de la Terre Sainte, la

Sainte Coiffe qui enveloppait la tête du

Christ, se trouve en ces lieux, je n'ai pû la

voir mais elle semblait dégager une force

spirituelle très grande. La sérénité et la

diversité régnaient en ces lieux et je

pensais plus au bien-être ambiant plutôt

qu'à l'ésotérisme religieux. Grand bien

m'en a pris puisque je visitais la cathédrale

très détendu, comme si, en cet endroit, les

malheurs du monde ne pouvait vous atteindre.

 

 

 

HT6 Cathédrale Saint Etienne, Cahors

 

 

Hypnotisés par les fresques et les

couleurs, j'en oubliais presque d'admirer les

inquiétantes gargouilles qui me fixaient. Les

plus belles se trouvaient certainement autour

du cloître, bien que finalement je ne pût en voir

qu'une petite partie dans cette immensité de pierre

et dans ce labyrinthe de facettes qu'arborait la

cathédrale tout comme la cité dans laquelle le

vaisseau de pierre s'élevait.

 

 

Publié dans Hantise

Commenter cet article

Jacqueline 29/04/2012 19:04

Me voilà à nouveau à lire tes légendes. Je savais que le Pont Valentré avec un rapport avec le diable Quand je l'ai traversé à pied en compagnie de mon Ange qui ne me quitte jamais je savais que je
n'avais rien à craindre. Le plus dur étant de grimper sur la montagne par un escalier en pierres de grande dimension !!! or tu sais que si je suis intrépide je ne suis pas grande !!!
Merci pour cette belle page !!!
Je passe à la dernière tu vois je ne me laisse pas.
Amitié
Jacqueline

camus 29/04/2012 19:27



Et bien voilà, tu sais tout ou presque du pont Valentré et de son rapport avec le diable, je vois de quel escalier tu parles et force est de constater que ce dernier est costaud. Oui je te sais
très intrépide, tellement que tu es déjà passée à Rignac, l'étape suivante.



Martine Eglantine 29/04/2012 06:52

Bon dimanche.
Bisous

camus 29/04/2012 10:27



Merci, j'espère que tu as pu voir ce petit paragraphe sur le trésor du pilier. Bon dimanche à toi aussi !



nadia-vraie 28/04/2012 22:33

Bonjour Amaury, tu racontes bien ,c,est intéressant de te lire.Pour la légende du diable,il y en a aussi des légendes par ici avec.C'est curieux qu'on ait fait une sculpture pour remémorer une
légende,spécial mais c'était en 1879, on croyait beaucoup au diable dans ce temps-là.
Pour les Baux de Provence, il doit y avoir des légendes aussi car il y a eu tellement de guerre de toutes sortes dans les temps anciens.
À bientôt Amaury.

camus 29/04/2012 10:26



Houla des légendes sur le diable, il y en a à la pelle et ce un peu partout dans le monde, même dans les pays non chrétien puisqu'ils ont leurs équivalent (Diable, Satan, Lucifer, Iblis, Sheitan,
Malin et j'en passe) alors rien d'étonnant à ce que l'on en retrouve aussi par chez toi ^^ Pour les Baux-de-Provence, c'est un village très chargé et riche en Histoire, j'avais fait des
recherches dessus et il reste l'un des villages les plus mystérieux de tout le sud de la France. Merci pour ton interet et tes compliments qui me touchent.



L'irlandaise 28/04/2012 21:56

superbe évocation et des photos magnifiques ! Je ne connaissais pas du tout cette histoire,d e même je ne connais pas la ville de Cahors, une ville qui ne manque ni de mystères ni de magie ! Bravo
pour cet article passionnant & enchanteur

camus 29/04/2012 10:22



Avec Sarlat et Rocamadour, je crois que ce sont les 3 villes du coin ou j'ai le plus trouvé de mystères et de légendes au km². C'est vrai que c'est un bel endroit qu'il faut savoir apprécier.
C'est vraiment sympa de te voir chez moi, c'est tellement rare, merci de ta visite.



sittelle 28/04/2012 19:49

Ce bouquin est intéressant ! Ponts, diable et le viaduc de Millau de Jacques Godfrain ! même à Londres, la Reine n'est pas passée la première sur le pont du Millenium...

camus 29/04/2012 10:20



Tiens donc comme c'est curieux haha ! Oui il y a vraiment des livres passionnants !