Chasseur de légendes 79

Publié le par camus

 

Journal de bord d'un chasseur de légendes

 



Chapitre 79

 

La Grande Blanche

 

 

Samedi, ça fait une semaine que nous nous

trouvons dans le Lot, il fait froid, 10°C relevé à

6h du matin alors que nous sommes dans le sud de

la France, en plein mois de juillet. Aujourd'hui nous

nous étions décidés de nous lancer dans l'exploration

du château de Bonaguil, réputé comme l'un des

plus hantés de la région. Habité par sa Dame

Blanche, il nous fallait presque faire 100 km pour

atteindre la puissante forteresse, une vraie balade

dans l'arrière-pays en somme.

 

Il fait à présent 12°C, un ciel de plomb cache

le soleil et surtout un damné brouillard rend la

conduite dangereuse, espérons que cela se lève en

quittant l'autoroute. Il y avait une telle purée de

poix que ça en devenait inquiétant, l'atmosphère

était réellement fantastique. Nous arrivions en vue

de Cahors, là direction Puy-l'Evêque, puis Fumel,

située dans le Lot-et-Garonne. C'est à cette ville

qu'appartient la forteresse de Bonaguil. Sortis

de la grande route, les virages en épingle à cheveux

n'en finissaient plus de se succéder, les arbres

cachaient le pays, la contrée n'en devenait que plus

mystérieuse. Et c'est au détour d'un virage que le

château de Bonaguil fît son apparition, terriblement

impressionnant, scrutant le canyon de sa

majesté terrifiante.


 

 

 

 HT1-Chateau-de-Bonaguil--Saint-Front-sur-Lemance.jpg


Nous sommes à Saint-Front-sur-Lémance,

village du Lot-et-Garonne, frontalier avec le

département du Lot, c'est ici que se dresse

le fabuleux château de Bonaguil et son fier

donjon. Nous entreprenions l'ascension de la

colline, dépassant quelques maisons pittoresques.

Il était là, calme, impassible et implacable, ce

monstre de pierre qui fût l'une des dernières

forteresses médiévale à être batie. Pourtant

en retard sur son époque, Bonaguil n'aurait pu

arrêter qu'une petite armée peu expérimentée

mais pas plus. Cette folie nous la devions au

puissant seigneur, Béranger de Roquefeuil. Cruel

et redouté dans toute la région, on raconte que

le seigneur prenait un malin plaisir à faire pendre

les paysans rebelles à la Tour Rouge du château.

Sa fille, Marguerite, qui n'apirait qu'à se libérer

de l'emprise tyranique de son père, comptait

s'enfuir avec un noble du pays dans elle était

tombée amoureuse.

 

Mais il devait en être tout autrement car Béranger

avait bien l'intention  de marier de force sa fille à

un vieux comte bien riche, histoire de consolider la

famille Roquefeuil par cette union. Le soir du

mariage, le comte s'écroularaide mort lorsqu'il 

s'apprétait à porter un toast. Marguerite s'enfuit

du château toute en larme et on ne la revît jamais.

On raconte aussi que la fille du seigneur n'aurait

plus été vue au château depuis ce jour mais

également qu'on ne la vît jamais quitter la

forteresse. Son fantôme reviendrait hanter

l'inhospitalière forteresse, chaque soir de

novembre, toute de blanc vétue, accompagnant

 ses apparitions de sanglots et de gémissements.

 

 

 HW3 Château de Bonaguil, Saint Front

 

Etrangement il commençait à faire beau

lorsque nous sortions des souterrains glacés

du château, à croire que le mauvais temps

n'était destiné qu'au département voisin. Du haut

des remparts, un frisson me prît, il faut dire que

nous étions à nouveau en altitude et que nous ne

cessions de grimper pour atteindre le donjon. Je

suis bien monté tout en haut mais je n'y suis

guère resté plus d'une minute tant le vertige

commençait à se faire insurmontable. Mes jambes

devenaient cotoneuses, je décidais de redescendre

pour mieux m'attarder dans la boutique de souvenirs

et laisser à mes amis, le loisir de se moquer de moi.

 

La visite du château était réellement fascinante, il

faut dire que l'endroit est remarquablement conservé

et que le château possède tout son arsenal défensif de

la fin du Moyen-Age, et donc obsolète par rapport à

son époque. Je ne cherchais pas particulièrement à

rencontrer Marguerite de Roquefeuil, la dame était

du soir et s'invitait généralement pour le mois de

novembre. Hors nous étions un samedi midi du mois de

juillet... pourtant à certains endroits on pouvait ressentir

une désagréable sensation de tristesse, une impression

de désolation, particulièrement face à la fameuse

Tour Rouge, si massive et si sallie par la légende. En

quittant le château, nous réfléchissions quant aux

prochains visites, s'attarder un peu dans le village et

retourner sur Puy-l'Evêque. En quittant les lieux, un

magnifique rayon de soleil illumina le paysage, comme

si Marguerite nous avait remercié d'être passé la voir.

 

 

Publié dans Hantise

Commenter cet article

Marie-Josiane 03/04/2012 16:08

Très beau ce château! Je ne le connais que de nom et je ne l'ai jamis vu en vrai. Savais-tu que Bonaguil signifiait "bonne aiguille"?

camus 03/04/2012 22:15



Oui je connaissais la sgnification de Bonaguil mais merci de me la rappeller. Ce château est splendide, je ne regrette pas la route et le brouillard pour l'atteindre.



Amaryllis 11/03/2012 11:31

Je l'ai visité ce magnifique chateau... sous des trombes d'eau ! Malgré ses fortifications, rien ne le protégeait, ni nous par la m^peme occasion de ce déluge celeste. Mais il valait le détour.
Bonne journée amaury

camus 11/03/2012 12:25



Ah nous c'était entre deux eaux, heureusement le temps à été miraculeusement plus clément pour nous ce jour là. Magnifique tu as raison et très impressionnant, ça reste un bon souvenir.



armide+Pistol 28/02/2012 18:17

Seuls les êtres particulièrement sensibles, peuvent ressentir ce que tu décris si bien.

camus 28/02/2012 18:41



Tu crois ? Haha peut être, j'ai toujours été sensible à beaucoup de choses.



sittelle 27/02/2012 19:52

Je pense souvent à elle, j'avais aussi plaisir à écrire et échanger. On ne sait pas son pays en Normandie, ni son nom ?

camus 27/02/2012 20:59



Son nom, je ne l'ai jamais su (ah les femmes et leur manie d'entretenir le mystère haha), son pays par contre je connais, elle habite le Calvados, à la limite de la Manche, de la presque île du
Cotentin, elle habite près d'Isigny-sur-Mer si ma mémoire est bonne, tout son talent pour la cuisine, la crème et le beurre.



sittelle 27/02/2012 19:41

Impressionnant en effet... dis Amaury, aurais-tu des nouvelles de Cotentine ?... bonne soirée, !

camus 27/02/2012 19:48



Très impressionnant c'est vrai. Hélas non je n'ai aucune nouvelle de Cotentine qui, il y a maintenant un paquet de temps, avait de gros soucis mécaniques avec son ordinateur, elle devait changer
et nous avait promis de revenir dans un certain temps mais je t'avoue que son silence m'attriste, comme elle me manque, c'est une charmante femme toute simple avec qui je prenais un réel plaisir
à converser.