Chasseur de légendes 76

Publié le par camus

 

Journal de bord d'un chasseur de légendes

 

Chapitre 76

 

Le Trou du Diable

 

 

Nous sommes au second jour de notre périple

dans le Lot, la nuit fût agitée, des trombes d'eau

s'étaient abbatues sur le camping et nous louions

notre bon-sens d'avoir choisi un mobile-home plutôt

qu'une tente, la suite du séjour ne fera que confirmer

ce choix. Profitant d'une éclaircie, il fallait commencer

par l'essentiel, les courses, il fallait bien nourir les

troupes et c'est ainsi que nous avons pû visiter le

centre-ville de Gramat, la "grosse" ville du coin avec

ses 3 500 habitants. Passé les préparatifs, le repas

et l'organisation de la journée, nous avions décider de

visiter le gouffre de Padirac, véritable joyau du

département, réputé dans toute l'Europe. Une rivière

souterrain de 23 km dont 500 m peuvent être

traversés en barque avec un guide, une stalactite

géante de 60 m de haut, une voûte pouvant s'elever

jusqu'à 91 m de hauteur, 40 km de galeries dont 2,5 km

visitables, un trou béant aussi profond qu'inquiétant.

 

 

 

 

IC8 Gouffre, Padirac

 

 

Je n'ai malheureusement pas pû retrouver

les photos de Padirac, déjà qu'elles étaient

interdites dans le gouffre... On dirait qu'une

malédiction locale s'acharnait sur nous, pauvres

visiteurs. Je m'explique, en arrivant sur Padirac,

le ciel déjà bien noir se mît à vomir des hectolitres

d'eau, nous étions rapidement trempés en sortant

de la voiture, inutile d'attendre que l'averse

passe, la pluie continua à dévaler les cieux pendant

une bonne demi-heure encore, nous obligeant à

emprunter une route détrempée et boueuses nous

obligeant à faire nos premières acrobaties avant de

nous aventurer dans le gouffre après une

bonne heure d'attente.

 

Dévalant les escaliers pour me retrouver plus

rapidemment en bas, n'aimant guère la hauteur, je

constatai que le temps devenait plus clément

alors même que je m'enfonçais sous la terre.

N'étant pas des plus à l'aise dans les endroits trop

exigüs, c'est donc avec une légère appréhension

que je m'éloignais un peu plus dans les entrailles

de la terre, dans ce qu'on appelait autrefois

"Le Trou du Diable". Il y a une légende à Padirac,

comme dans beaucoup d'endroits ou grottes et

gouffres s'exhibent aux yeux des cieux. On raconte

que le Diable qui se baladait (tranquillement et en

sifflotant) rencontra à Padirac, Saint-Martin,

toujours en quête de bonnes âmes à sauver.

Le Diable proposa à notre pieux randonneur, de lui

offrir les âmes qu'il gardait dans sa besace à

condition que le saint franchisse le gouffre que

notre malin démon s'empressa de créer en tapant

du talon sur la terre. Saint-Martin sauta sur le

dos de sa mule et d'un bond, franchissant

l'imposant gouffre sous les yeux médusés du

Diable qui rageur sauta dans le gouffre pour

ne plus jamais reparaître... sauf devant quelques

spéléologues effrayés. L'empreinte des sabots de

la mûle est toujours visible à l'heure actuelle dit on.

 

 

 

 

IC9 Lande, Padirac

 

 

Après à nouveau une heure d'attente environ, nous

nous installions avec un groupe de flamands dans

la barque mise à notre disposition. La visite fût plutôt

courte mais très plaisante, la grotte est réellement

magnifique, chère d'entrée et longue pour y accéder,

une fois sur plance on ne le regrette pas, devant

les eaux pures et les roches féeriques, le décors est

vraiment surprenant. Pas de chauve-souris en vue,

elles se sont réfugiées plus loin, mais là, il nous est

formellement interdit de continuer, les galeries

sont réservées aux spéléologues et nous devions suivre

le parcours indiqué, le lac des Gours, le grand Dôme, la

grande pendeloque, les assiettes empilées, que de

choses à voir, ce fût merveilleux. A notre sortie, nous

nous reposions dans le jardin publique en face du

gouffre et comme si le Diable s'en était mélé, nous

commencions à nous chamailler.

 

Quand nous quittions Padirac, son gouffre et son

manoir situé à peu plus loin dans le bourg, le temps

se gatait à nouveau et la pluie recommençait à

tomber, et ce jusqu'au camping... et même bien

après, la soirée s'annonçait pourrie, de l'eau

en veux tu en voilà. Qu'importe, nous avions

passé une bonne journée et nous pensions déjà

au lendemain, la visite de Martel, gros bourg portant

le nom du causse et de celui là même qui découvrît

Padirac, Edouard-Alfred Martel, le père de la

spéléologie. En attendant, si le Diable avait pû

se manifester à nous aujourd'hui, c'était sans

aucun doute sous forme de pluie.

 

 

 

note : Vous pouvez lire un de mes articles sur

mes aventures au Manoir de Paris et dans l'hotel

Saint-Merry à l'adresse suivante

http://mag.editake.com/.

J'écris un article pour chaque numéro d'Edimag, le

webzine de ma meilleure amie qui vient de publier le n°2.

N'hésitez pas à passer et à donner vos impressions.

 

 

 

Publié dans Hantise

Commenter cet article

Marie 27/03/2012 15:50

Le gouffre de Padirac, je l'ai fait! La visite en barque est une idée géniale et l'intérieur de la grotte est vraiment enchanteur!
Jusque là, j'adore ton journal de bord;on s'y croirait presque! Et les photos sont toujours aussi belles

camus 27/03/2012 21:56



J'ai bien aimé ce gouffre, nettement moins la queue et l'attente, mais bon ça valait le coup et puis ça reste un des endroits les plus emblématiques et les plus légendaires du Lot.



Armide+Pistol 01/01/2012 07:12

Je connais un peu la region> Padirac et son diable bien cache dans les replis rocheux> J'ai été beaucoup plus impressionnée par la visite des grottes Lacave, dans l'Aveyron, si mes souvenirs
sont précis.

camus 22/01/2012 17:29



Oui moi aussi, Lacave est prévue pour le prochain article mais Padirac valait le détour lui aussi, très impressionnant dès les premiers abords. Pour Lacave, c'est le même département, le Lot (46)
que Padirac et la même région que l'Aveyron (Midi-Pyrénées). Mais ce n'est pas dans l'Aveyron, c'est proche de Souillac, la dernière ville avant le Périgord (département de la Dordogne).



peintrefiguratif 17/12/2011 13:21

avec certain logicielm gratuit il peut recupérer les photos sur sa carte sd ou autres genres "pci smart recovery"
bon samedi

camus 17/12/2011 15:24



Je ne sais pas je verrai mais comme ce ne sont pas mes photos et que je crois que mon ami s'en fiche un peu, il n'y a pas de quoi en faire un drame. Merci pour tes conseils et astuces.



L'irlandaise 16/12/2011 08:18

superbe ambiance, j'adore ces photos en N&B, elles pourraient servir de décor à un polar sur ces lieux ! bravo pour le récit et les images ! bonnes fêtes de fin d'année à toi, amaury !

camus 17/12/2011 12:22



Merci pour tes chauds compliments mais bizarrement les propositions concernent plutôt mes photos couleurs, à tout à l'heure, le temps que je passe chez toi !



peintrefiguratif 15/12/2011 10:31

cela fait longtemps que tu avaient été dans ce gouffre car avec certain logiciel on peut récupérer certaine photos numérique
pci_fr_smartrecovery
pci filerecovery

camus 17/12/2011 12:20



Je ne peux pas récupérer des photos qui n'ont jamais été prises, les photos étant interdites et la pluie torrentielle qui nous a accueilli à l'extérieur ont fait que j'ai préféré laisser
l'appareil dans la voiture (surtout que le mien est un poil encombrant). C'est mon ami qui en avait fait quelques unes mais il m'a dit les avoir perdu... dire que j'ai attendu 5 mois pour avoir
cette réponse là de sa part hahaha !