Chasseur de légendes 70

Publié le par camus

 

Journal de bord d'un chasseur de légendes

 

 

Chapitre 70

 

 

Faux-Semblants

 

 

Et oui, déjà la 70ème aventure du blog dans

un univers au frontières du surnaturel, un monde

étrange, difficilement perceptible et qui cotoie le

notre depuis que notre univers est ce qu'il est. Ne

cherchons pas à trouver des explications logiques

et rationelles à tout ce qui nous entoure, laissons

nous aller dans cette dimension qui nous effraye

autant qu'elle nous fascine. Et pour illustrer mes

propos, quoi de mieux que d'explorer le bois de

Boulogne à Paris.

 

 

 

GS9 Jardin de Bagatelle, Paris

 

 

Le titre de l'article est une nouvelle fois un

clin d'oeil, une référence au film éponyme du

cinéaste canadien, David Cronenberg (La Mouche,

Existenz, Crash, Spiders, A History of Violence,

Videodrome, Les Promesses de l'Ombre), un

réalisateur qui aime explorer la part d'ombre de

chacun d'entre nous pour en monter un subtil

puzzle souvent à la limite de la folie et du rationel.

 

 

 

 

GS1 Hippodrôme d'Auteuil, Paris

 

 

L'inconnu, la peur de découvrir ce qui se cache

derrière la porte, de faire tomber les masques,

l'appréhension d'avancer dans ce long couloir

vide sans savoir ce qu'on pourrait y découvrir au

bout. C'est un peu ce que j'ai pensé en arpentant

le tunnel menant à l'hippodrôme d'Auteuil avant de

pénétrer dans le bois de Boulogne. Bizarrement, j'ai

pensé aux oeuvres de David Cronenberg à ce moment là.

 

 

 

GU9 Jardin de Bagatelle, Paris

 

 

Avec Laetitia, nous avons enfin pû atteindre le bois

de Boulogne, après avoir fait quelques détours,

évidemment lorsque l'on pénétre dans une forêt, c'est

un autre monde qui s'ouvre à nous, la lumière s'en

trouve modifiée, l'air n'est plus le même tout comme

les sons qui nous entourent, tout se déforme, tout

devient plus proche et plus lointain, notre perception

s'en retrouve fausée et notre orientation déroutée,

notre part d'ombre peut à présent s'ouvrir à la nature.

 

 

 

 

GS6 Jardin de Bagatelle, Paris

 

 

Les croyances ancestrales et les peurs viscérales

peuvent surgir dès à présent, notre inconscient

s'en trouve perturbé, notre subconscient se dilate

et laisse s'entrouvrir la frontière entre l'âme et

le coeur, cette chose impalpable qui fait lien avec

la nature qui nous entoure. Ce sentiment de bien

être ou d'effroi qui se fait sentir au milieu de nul

part, cette sensation inexplicable qu'on appelle

l'instinct naturel.

 

 

 

 

GT0 Jardin de Bagatelle, Paris

 

 

En explorant le jardin de Bagatelle, quelques

détails nous sont parvenus, purement décoratifs,

les aigles de pierre soutenant le banc, les visages

enfantins encadrant l'allée du potager, les pointes

des toitures des batiments caché dans la verdure, la

statue du druide, toutes ces petites choses qui font que

notre perception du monde peut se retrouver modifiée

parce que ce sont des clefs qui ont ouvert notre

inconscient, notre imaginaire et notre conscience.

 

 

 

GV2 Jardin de Bagatelle, Paris

 

 

Les satyres et les diables sculptés sur les vases

d'albâtre ornant la roseraie, l'orangerie ou le

potager, tels des gardiens malveillants, m'ont

fait penser à un décor fantastique, un jardin

gothique ou une tragique romance entre l'ombre

et la lumière pouvait laisser place à une étrange

traque de l'ivoire par l'ébène. Toutes ces

petites choses m'ont impressionnées dans mon

for intérieur, ne me laissant pas de marbre.

 

 

 

GU2 Jardin de Bagatelle, Paris

 

 

 

Une rose fânée à sucité ma curiosité, elle me fît

penser à un prédateur aussi romantique que cruel,

s'en prenant à une vierge attirée en pleine nuit dans

ce jardin par la curiosité et la passion qui venait

d'enflammer son coeur quelques heures auparavant.

Comment ne pas penser à la pauvre Lucy Westenra,

vampirisée par Dracula himself lors de son séjour à

Whitby ? Je revis dans mon esprit cet instant d'une

intensité incroyable dans les quelques lignes du chef

d'oeuvre de Bram Stocker.

 

 

 

GV0 Jardin de Bagatelle, Paris

 

 

Avant de nous faufiler dans les allées de

Bagatelle, je pensais à cette histoire de

fantôme qui hantait le bois de Boulogne,

une ombre, ue silhouette d'apparence humaine

se promène parfois le soir et la nuit du côté de

la Grande Cascade, du lac aux abords de Bagatelle

avant de se perdre au détour de quelques arbres.

On raconte que cette entité se serait perdu et

chercherait desespérement son chemin, ce pauvre

bougre n'a pas l'air d'avoir un sens de l'orientation

très prononcé et même s'il arrive qu'il se manifeste

en plein jour, ni Laetitia, ni moi n'avons senti sa présence.

 

 

 

 

GR9 Bois de Boulogne, Paris

 

 

En revanche, les nouvelles de Guy de Maupassant

me vinrent en tête lorsque nous longions une des allées

du bois, d'étranges trous aux dimensions régulières

attirèrent notre attention, il s'en trouvaient des

deux côtés du chemin et même s'il n'y avait rien de

surnaturel à leur présence, ils avait le don d'exciter

notre imagination. En quittant le bois de Boulogne,

à l'entrée de Neuilly sur Seine, je repensais au

protagoniste de "Promenade", l'une des nouvelles

fantastiques de Guy de Maupassant que l'on peut

retrouver dans "Le Horla & autres récits

fantastiques". Et qui à l'inverse de nous, n'était

pas ressorti du bois de son vivant.

 

 

Publié dans Hantise

Commenter cet article

nadia-vraie 15/11/2010 21:41


je viens te dire un bonjour en passant et j,espère que tu ne coucheras pas sous la tente ce soir?...hihi
À bientôt Amaury.


camus 15/11/2010 21:57



Non non, j'ai encore un peu de sous et quelques tuiles avant de passer sous la tente, et puis j'ai un article sur le feu mais il ne sera publié que demain enfin si tout va bien.



Adélys Peppercorn :0071: 31/10/2010 13:08


Très impressionnant ce bois de Boulogne !! Je viens te souhaiter une très bonne fête de Samain, ton article va bien avec le symbole de cette journée !!! Bon dimanche Amaury


camus 31/10/2010 14:50



Oui je trouve que ça va bien avec aussi mais j'ai prévu un autre article pour fêter Halloween, en tout cas je suis d'accord, le bois de Boulogne est très impressionnant.



Mosca (Thaddée) 30/10/2010 18:12


Ah ! Tu as un vrai talent pour créer une atmosphère délicieusement inquiétante ! Je ne regrette pas ma visite, même si elle me fait un peu froid dans le dos ! Bon week-end à toi Amaury, et à
bientôt !


camus 31/10/2010 11:56



Si tu as froid, couvre toi (magnifique rime au passage), ça fait vraiment plaisir de te voir ici, des histoires inquiétantes tu en auras d'autres si ça te plait.



JACQUELINE/Mina 29/10/2010 21:01


beau parcours avec toi...dans ce Bois de Boulogne si particulier!! La rose semble tachée de sang.............


camus 29/10/2010 23:45



La rose... oui c'est une illusion mais elle était fanée et donc blessée, en train de ourir d'ou cette impression de sang. Merci de la visite.



peintrefiguratif 29/10/2010 12:00


bonjour amaury je viens me promener aussi avec toi dans ce bois avant de reprendre mes recherches en généalogie
bonne journée


camus 29/10/2010 23:44



Bonne recherches alors et merci de la visite.