Chasseur de légendes 49

Publié le par camus


Journal de bord d'un chasseur de légendes


chapitre 49


Fragments d'outre-vie



Il sera aujourd'hui question de Saint Prix et de
ses légendes, un lieu qui me rappelle bon nombre
de souvenirs et de balades notamment avec Laetitia
et Florian mais aussi ma formation BAFA qui s'est
déroulé au CPCV de Saint Prix !








C'est le coeur empli de tristesse que je suis revenu à
Saint Prix ce matin, mais ce n'est pas parce que l'heure
n'est pas à la fête que la couleur doit être absente.
C'est donc une nouvelle fois en couleur que s'illustreront
les photos de cet article. Avant d'arriver à destination,
laissez moi vous conter les quelques mystères qui èrent
dans Saint Prix et la forêt de Montmorency.







Vous vous rappellez très certainement de ce moine
assassiné dans la forêt de Montmorency, le bon Uriel
protecteur des sangliers et des marcassins. Si il lui arrive
de se manifester aux abords de Montmorency, c'est près
du château de la Chasse que sa présence est la pus forte
ainsi que dans la partie de la forêt se nommant Sainte
Radegonde (Saint Prix et Montlignon). Je n'ai jamais vu ce
fantôme, ni même senti sa présence mais près de l'étang, j'ai
souvent pensé que les animaux y étaient en paix et en sécurité.









La place de la fontaine aux pélerins est aussi un endroit
sous protection invisible. Il ne s'agit pas d'un moine mais
d'un saint, Saint Pry qui fût mutilé et assassiné et donc
les reliques entreposées il y a fort longtemps en ce lieu.
Outre le panorama, on y ressent la quiétude et la sérénité.
Saint Pry veille sur ses pélerins et sur les coeurs purs.





 


Face à la place et sa fontaine se trouve l'ancienne
mairie ainsi qu'une cavité se trouvant au pied du jardin
de l'église, une petite fontaine s'y trouve ainsi que la
statue d'un saint. Vous l'aurez deviné, il s'agit de Saint
Pry qui veille sur les visiteurs, bien à l'abri dans sa roche.
Que l'on soit croyant ou non, il faut reconnaître que la
sensation de paix est vraiment palpable, le calme de la
ville jouant en la faveur de cette sensation très agréable.








On pourra remarquer qu'il manque un membre à la
statue mais je ne vous dit pas lequel, je vous laisse
chercher si cela vous interesse. Après nous être penchés
sur le moine Uriel et Saint Pry, tournons nous à présent
vers l'église Notre Dame, pas la récente près du centre
commercial, non la plus ancienne, celle qui surplombe la
ville du haut de son clocher.








En faut en regardant cette église j'ai pensé à un
orgue, puis j'ai pensé au compositeur Olivier Messiaen
qui fût organiste à léglise de la Sainte Trinité
dans le IXème arrondissement de Paris. Ce dernier avait
séjourné quelques temps dans le coin avant de s'éteindre
à Clichy la Garenne. On raconte que parfois son fantôme
se pose dans une des clairière de la forêt et y griffonne
quelques notes sur son carnet. C'est une légende bien sûr
mais nul doute que si le spectre d'Olivier Messiaen devait
apparaitre, c'est du côté de Saint Prix tellement le coin
en a inspiré plus d'un.








Quand on parle d'inspiration, comment ne pas penser
à Victor Hugo qui séjourna quelques temps à Saint Prix,
plus exactement au château de la Terrasse (face au
couvent de Masabielle) pou y écrire Les Contemplations.
Au son de ce titre fort évocateur, on se met nous aussi
à contempler la vue sur la vallée mais aussi su la forêt, on
cherche à quoi peut bien ressembler la tour du Plumet ou
l'ancien Domaine de Saint Prix gardé par ces gargouilles
fantastiques dans un petit square qui donne sur
l'ancienne grande rue.








Après avoir passé au crible les légendes de Saint Prix
et mes ressentis sur ces dernières, il est temps de se
quitter mais ne vous inquiétez pas, vous me retrouverez
très prochainement avec de nouveaux mystères à vous
raconter. Bonne journée à toutes et à tous !






Publié dans Hantise

Commenter cet article

depalle 31/12/2009 22:16


Bonjour et permettez moi de vous adresser tous mes voeux.
je sais que ce n'est pas l'endroit mais je ne vois pas comment vous contacter autrement.
J'aurai une question à vous poser. Vous serait-il possible vous passionné de photos de me joindre par mail?
Merci d'avance.
Michèle


camus 02/01/2010 09:38


Bonjour Michèle.
Tout d'abord bonne année 2010 qui je l'espère vous sera agréable et pleine de bonheur. Pour me contacter directement, il suffit d'aller dans "Contact" en bas de page et de taper son message, il ne
sera visible que par moi. Mais oui sinon c'est possible de correspondre par mail. Merci à vous de votre visite.


GABY 29/12/2009 13:09


article très émouvant et plein de poesie..les photos ausssi sont très belles j'aime bcp celle du Saint Pry (que je ne connaissais pas )
amitiés


camus 30/12/2009 08:22


Merci beaucoup pour ta visite et ton commentaire pleins de complimentds que je ne suis pas sûr de mériter. Ravi de t'avoir fait découvrir quelque chose, passe une bonne journée.


lulu 23/11/2009 22:44


je savais très bien que cet article ne mettait pas destiné, j'ai dc gardé ma part de nostalgie pour moi, bien que bien des endrois représente des choses pour nous deux, notamment notre rencontre,
notre BAFA, mais même si ces moments sont importants, ils n'ont pas leur place entière ici, mais on les garde en nous ^^

mon poème n'est pas gd chose, simplement, je ne savais pas quoi dire, et dans ces cas la, je compose, c'est ma façon à moi de te dire JE SUIS LA !!!
Gros bisous et sache que je t'aime fort !! et que je serais tjs la !!


camus 23/11/2009 23:35


Et je te remercie de tout mon coeur pour ta présence et ton soutien.

ps : Oui je n'ai pas oublié le BAFA, je savais que ça te parlerais.


Lulu 23/11/2009 00:32


Un chemin dur et difficile,
Sur une pente fragile,
Mais qui t'a demander bien des fois,
De surmonter cet effroi,
Regarder bien en face,
Traverser cette place,
Et savoir se laisser aller,
A enfin accepter.

Ne pas se juger,
Avoir peur de se sentir abandonné,
Car regarde autour de toi,
Tes amis sont là,
Malgré les kilomètres ;
Sache simplement,
Que personne n’est vraiment maître,
De nos sentiments.


camus 23/11/2009 12:01


Merci pour ce poème si touchant et si émouvant... tu l'as fait pour moi... en lisant cet article... ça me fait tout drôle, comment te remercier ?

Dire que c'est aussi dans cette ville qu'on s'est rencontré, ça me rend nostalgique, rêveur mais je dois garder les pieds sur terre, merci d'être passé et de t'être penchée sur mon chagrin, ça me
rend tout chose...


Thaddée 22/11/2009 14:26


Ton article est vraiment poignant Amaury. J'ai tout lu, le coeur serré, m'avançant peu à peu dans cette histoire d'une séparation, d'une perte, d'une absence... Tes photos sont magiques, elles
chantent les couleurs de la vie.
Je venais aussi te remercier de la grande sincérité d'un de tes derniers commentaires. Et je te rassure, tous tes commentaires sont d'une grande et vraie générosité, ils ne me blessent pas bien au
contraire. Il est important pour moi de savoir ce que pensent mes visiteurs à la lecture de mes articles, c'est leur avis qui me fait avancer. Et pour tout te dire, l'obscurité me cerne de près, je
ne vais pas très bien, mais c'est une autre histoire...
Je t'embrasse et te souhaite un bel après-midi.
Amitiés.


camus 22/11/2009 15:29


Il parait que le malheur et le chagrin inspirent les plus grands artistes et que la plupart des chefs d'oeuvres ont été enfantés dans la douleur et le désespoir... pourtant je ne te souhaite ni la
souffrance ni le chagrin et espère que tu iras mieux très vite (même si ce genre de blessures ne se guérit pas en claquant des doigts voir même ne se referment jamais) et que tu continueras a nous
faire découvrir autant de merveilles.

Merci pour ton commentaire et ta visite, j'ai mis 4 ans à me décider pour me décharger un peu de mon chagrin et à cette heure ou j'écris je ne suis pas encore sûr que c'était une bonne idée mais
bon. Merci pour le compliment sur mes photos.