Chasseur de légendes 44

Publié le par camus


Journal de bord d'un chasseur de légendes


chapitre 44


Danse de fous



En ce beau jour de novembre, c'est à nouveau dans un lieu
déjà visité que je vous emmène, Saint Martin du Tertre
surnommée le "Balcon de l'Ile de France". Culminant à
200 mètres d'altitude à l'orée de la forêt de Carnelle, cet
endroit avait déjà tout pour séduire, pourtant je n'avais
rien trouvé de surnaturel dans le coin jusqu'à peu.








Dans ce petit coin de l'arrière pays, se trouve des choses
fort intrigantes, je vous avait parlé de la fameuse Pierre
Turquaise. A t'elle un rapport avec le géant Gargantua ? Je
n'en sais trop rien, car cette pierre semble être là depuis
des lustres puisqu'elle date du néolithique. Les habitants du
coin vivait alors dans des cabanes au beau milieu d'une forêt
massive et profonde, les forêts étaient beau plus importantes
en ces temps forts reculés.








Sachez que si les conditions de vie étaient très rude et
la décoration des habitations très rudimentaires, ces gens
là enfouissaient déjà leurs morts sous des pierres, des allées
couvertes. Le plus grand site mégalithique de la région était
et est toujours celui de la fameuse Pierre Turquaise qu'on
appellait alors Puits aux elfes.








Cette pierre était une entrée vers le Monde de dedans
peuplés par les elfes, les lutins, les korrigans, les farfadets,
les gobelins, les léprechauns, les kobolds et les nains. Bref
que du beau monde et ceux habitants la Pierre avait fait de
la tombe un endroit magnifique et paisible gardé par les
animaux de la forêt de Carnelle. Le Puits des Elfes était
alors le pays des minuscules vald'oisiens.







Si les elfes sont représentés comme des génies de l'air et
de la forêt, il en est tout autre des lutins, petits démons
espiègles et farceurs se manisfestant souvent la nuit. Les
lutins tout comme les elfes aimaient danser et ne se privaient
pas pour se déhancher devant la pierre au grand dam des
occupants de la tombe et des rares passants. Comme si
cela ne suffisait pas, la grande malice des lutins les
poussaient à voler et à se voler entre eux.








Tout ce petit monde était entrainé par Jhi, le lutin et chef
de la tombe, un grand danseur également, à en perdre la
tête même... j'étais avec Laetitia en ce jour froid (-15°C) et
enneigé (+ de 10 cm de neige par endroit) et si nous n'étions
pas pressé par le temps et brisé par le gel, nous aurions
certainement été à la rencontre de cette fameuse Pierre
mystique qu'affectionnait tant le géant Gargantua. Peut être
aurions nous pu rencontrer Jhi et ses lutins farceurs ou bien
les elfes du Puits maintenant recouvert par une grosse pierre certainement mystique elle aussi.








Pourtant nous avions fait un petit bout de la forêt de
Carnelle, pas de korrigans malfaisants ni farfadets
intrépides, aucun troll sournois à l'horizon mais peut être
que quelques timides kobolds travailleurs de métaux se
réfugiaient t'ils dans les maisons en ruines perdues dans
la forêt. Un endroit vraiment bizarre ce coin avec ces
vieilles maisons délabrées sans toit ni fenêtre, sûrement
des squatts mal famés à présent mais pour qui, les sans
abris ou pour les lutins et autres gobelins.







En longeant les ruines du sanatorium de Carnelle, situé
derrière le château de Franconville aux Bois, je ne pu
m'empêcher de ressentir un frisson, non pas parce qu'il
fesait froid mais parce que le batiment m'effrayait un peu.
Combien de malades étaient ils ici ? combien sont morts en
ces murs ? Si les lutins et les elfes pouvaient danser à rendre
fou avec leurs rythmes endiablés, la folie pouvaient t'elle se
propager vers ce lugubre batiment et ses occupants ?
Mon imagination a tendance à très vite s'emballer et pourtant
je ne pu m'empêcher de jeter un regard inquiet entre les murs
de cet édifice ne sachant quelles créatures pouvaient s'y terrer.



Publié dans Hantise

Commenter cet article

Martine 18/06/2010 06:24


J'ai envie d'y aller rapidement tellement ces photos sont belles. Je t'ai lu avec plaisir comme d'habitude même si le surnaturel, je n'y crois pas. Bon week-end. Bises


camus 18/06/2010 22:48



Pas besoin de croire au surnaturel pour apprécier la magie des lieux. Merci à toi !



marie-josiane 20/11/2009 11:18


Brrr! Rien qu'à la lecture je frissonne; ce n'est pas un article que je lirai de nuit. Tu ferai un excellent conteur pour les veillées d'hiver. Tes photos sous la neige sont vraiment magnifiques.


camus 20/11/2009 12:30


Merci pour le compliment, j'avais galéré ce jour là de 6h à 22h par -15°c lol à refaire mais je ne regrette rien.


Lulu 16/11/2009 00:11


ya pa a dire, j'adore tes photos, elles sont si belles :)
merci pour tous ces voyages !!!
sa me fait pensé qu'il faut que je mette a jour mes poèmes car j'en ai écris plein avec plein de photos du portugal :)
bisous


camus 17/11/2009 14:34


Merci pour le compliment et je suis très pressé de voir tes photos et de lire tes poèmes ^^


la cotentine 15/11/2009 15:57


bouhhhhhhhhhh, ça fait froid dans le dos et pas seulement à cause de la neige....
tous ces leux abandonnés, livrés aux ruines alors qu'il y a tant de sans abris...
et en même temps, ils ne sont pas nombreux ceux qui accepteraient de vivre au coeur de la forêt...au milieu de ceux de l'autre monde....


Eily 05/11/2009 13:01


Du noir et blanc, du sépia et des légendes. Je confirme : je suis fan !