Chasseur de légendes 38

Publié le par camus


Journal de bord d'un chasseur de légendes


chapitre 38


Mémoires d'outre-tombe



C'est sous un soleil magnifique que je me décide à gravir la
célèbre colline du Mont-Valérien située dans le département
des Hauts-de-Seine près de Paris. Haute de 162 mètres, la
colline habrite la forteresse du Mont-Valérien, l'un des treize
forts entourant la capitale française. Bref un lieu riche en
Histoire comme nous les aimons.








Le Mont Valérien s'étale sur trois communes, Suresnes,
Nanterre et Rueil-Malmaison, il habrite une forteresse
construite à partir de 1841. Plus de 1 000 otages y
fûrent éxécutés durant la Seconde Guerre Mondiale, plus
précisemment de 1941 à 1944. Un mémorial pour la France
Résistante a été inauguré le 18 juin 1960 par le général de
Gaulle, au pied du mont.








Aujourd'hui la forteresse est le siège du 8ème régiment
de transmissions ainsi que du musée colombophile de
l'armée, il abrite également le centre national de formation
pour l'enfance inadaptée. L'endroit est encore utilisé pour
des opérations militaires spéciales comme ce fût le cas pour
l'Opération Artémis (Congo Démocratique) en 2003 ou plus
récemment, il accueilla l'état-major pour l'EUFOR (Tchad)
de 2007 à 2009.








Après avoir admirer la place ou se situe le Mémorial
de la France Résistante, je me renseignait auprès de la
personne chargée des visites. Le Mont ne peut être visité
que durant les week end et les jours fériés... et encore si le
nombre de personnes est suffisant. J'insistai pour entrer,
ne serait ce que pour voir le musée mais rien à faire. Devant
tant de complications je décidais de prendre la Promenade
entourant le mont.







De là ou je me trouvais, il y avait une magnifique vue sur
Paris et a Défense, profitant de l'occasion pour admirer
la progression des travaux sur l'ancienne tour Axa (154 m)
qui deviendra la future tour First (225 m), elle dépassera
la tour Maine Montparnasse (210 m) mais il faudra attendre
encore quelques mois, selon certaines sources, elle vient de
dépasser la plus haute tour du quartier actuellement, la tour
Total-Elf-Coupole (190 m)... mais bon là n'est pas le
sujet de l'article.







De mon poste d'observation, c'est surtout le cimetière
américain qui retenait mon attention, avant de m'y rendre
je fît un petit tour, le temps de me rappeller que le Mont
Valérien était un lieu de culte et de pélerinage qui se
développa fortement sous Louis XIII. Le chemin pentu
qui y menait abritait de nombreuses petites chapelles
dont il ne reste rien aujourd'hui.








C'est ici que l'on peut trouver la trace d'une légende sur
l'origine de la Seine. On raconte que le fleuve serait les
larmes d'une nymphe persécutée par un satyre et qu'
aujourd'hui encore, les crues exceptionnelles du cours d'eau
seraient dûes à la tristesse de la créature mythique comme
celle qui eu lieu en janvier 1910. On peut aussi y découvrir
des anecdotes sur les origines du mont et du pélerinage.







En pénétrant dans le cimetière américain de Suresnes, j'eu
le sentiment étrange d'être le bienvenu, l'atmosphère y était
calme, paisible, serain. Les jardiniers étaient en train de tondre
la pelouse et le conservateur m'adressa un sympathique bonjour
avec toutefois un fort accent d'outre-Atlantique. Normal le
cimetière a été inauguré et est géré par les Etats Unis, il ne
dépent pas de l'Etat et j'avoue qu'on pourrait presque se
croire sur le continent américain.







Le cimetière s'étend sur près de 3 hectares au pied du
Mont Valérien et a été créé en 1917 et a été inauguré en
1919 par le président Woodrow Wilson. Le cimetière contient
des tombes datant des deux Guerres Mondiales mais également
des victimes de la grippe espagnole. La splendide chapelle a été
construite en 1932 et la partie du cimetière dédiée à la Seconde
Guerre Mondiale a été inaugurée par le général George Marshall
lors d'une grande cérémonie en 1952.







Je me promenais tranquillement au milieu de cet endroit
si émouvant, les noms inscrits sur les tombes témoignent
des batailles terribles qu'ont engendrés les deux conflits
mondiaux. Tant d'hommes sont morts, tant d'humains sont
tombés, tant de souffrance, tant de douleur... voilà ce que
me rappelle ce sol si chargé en morts et en souvenirs.







La rue du Calvaire qui relie le mont à la gare est le fruit
d'une anecdote assez étrange, puisqu'elle n'a pas pour
origine la religion, mais les accidents qui s'y produisaient.
On avait toujours peur pour sa voiture et sa santé sur ce
chemin, il y a de cela de très nombreuses années. Original,
j'avais envie de faire partager cette petite histoire.

Alors que je me penchais sur les tombes des sept infirmières
du cimetière, les seules femmes a y être enterrées, j'entendis
tout à coup le carillon de la chapelle sonnant midi mais à
l'américaine (pensez aux sonneries des lycées dans les séries
nous venant des Etats Unis). J'avais entendu dire que la mélodie
jouée était magnifique et j'eu l'immense joie d'entendre l'hymne
national américain et quelques autres notes. Je pouvais quitter
à présent ce lieu de repos éternel, je savais les âmes en paix
gardant pour l'éternité le mont et ses pierres chargées
d'Histoire et de morts.



Publié dans Hantise

Commenter cet article

Martine / Eglantine 19/05/2010 06:54


C'est un endroit que je n'ai jamais visité et pourtant j'ai vécu tout près à Rueil-Malmaison 23 ans (de 6 ans à 29 ans). L'idée ne m'est même pas venue. Cela n'empêche pas le souvenir et le respect
pour ceux qui sont morts pour notre liberté. Bises...


camus 19/05/2010 08:55



Et bien comme ça tu as pu visiter un peu sans te déplacer, bien sûr ce n'est pas pareil que de se rendre sur place mais c'est déjà ça.



peintrefiguratif 06/01/2010 10:32


coucou amaury je viens de chez moi directement sur le lien que tu m'as donné
cela se complête bien nos deux article
bisous


camus 07/01/2010 22:31


Merci de ta gentillesse et de ta générosité. J'ai relu avec plaisir ton article.


peintrefiguratif 09/10/2009 11:55


il y a un très beau point de vue de la haut et j'y allais souvent avec mes enfants quand ils étaient petits
bonne journée
bisous


LA COTENTINE 06/09/2009 18:52

superbe...et je ressens les mêmes choses que toi dans tous les cimetières américains qui longent la côte normande : paix, calme, et...compassion...et les gardiens y sont toujours aimables...

Marie-Josiane 04/09/2009 13:35

Quel article magnifique et émouvant! Je pense qu'il faut toujours avoir une pensée pour toutes les victimes de ces deux guerres.