Chasseur de légendes 31

Publié le par camus


Journal de bord d'un chasseur de légendes


chapitre 31


Terreurs fantastiques



Aujourd'hui je vais vous emmener dans un endroit
bien connu, certainement le lieu le plus chargé d'Histoire
du pays, un coin absolument unique et tout simplement
magnifique ou l'on s'y arrête et l'on s'y perd. Cet article
constitue donc la petite surprise que je vous avais annoncé
à la fin de l'article précédent. Vous ne voyez toujours pas
de quel endroit je veux parler ? Il s'agit ni plus ni moins que
le musée du Louvre.






C'est presque par hasard que mon ami Florian et moi même,
débarquons au Louvre, le ciel est nuageux, il est pas loin de
midi, bref ça ne se bouscule pas trop au portillon pour les
visites. Tant mieux cela nous évitera de faire la queue pendant
des heures. Nous descendons sous la pyramide de verre
pour nous approprier les fameux tickets pour entrer.






Ô joie, le musée est gratuit pour les moins de 25 ans, avis
aux amateurs. En attendant nous commençons par l'aile
Denon (nom donné en l'honneur du premier architecte du
Louvre), la visite peut commencer, statues antiques et salles
grandioses nous attendent, c'est un véritablement
enchantement et donc un bon début.






La salle des Cariatides est l'une de mes préférées, on peut y
croiser les fameuses colonnes-statues gardant la salle suivante.
Diane chasseresse, l'Artemis grecque, trône fièrement au
milieu de la salle, entourée de statues toutes aussi sublimes
les unes que les autres.






Vous n'êtes pas sans savoir que le palais du Louvre a abrité
bon nombre de souverains dont les plus connus sont Louis XIII
et Louis XIV avant que celui ci ne fasse édifier Versailles.
Le Louvre était le siège de la souveraineté du royaume de
France, aujourd'hui c'est un musée mais quel musée, l'un
des plus prestigieux au monde.






L'espace qui abrite le Louvre est vaste, très vaste il
est constitué de plusieurs ailes et de plusieurs jardins.
Si l'on part d'Ouest en Est on peut compter le jardin des
Tuileries, le Pavillon du jeu de Paume, le musée de l'Orangerie,
le jardin du Carrousel, la place du Carrousel, la cour du Louvre,
le musée des Arts décoratifs, le musée de la Mode et du
Textile, l'aile Richelieu, l'aile Sully, l'aile Denon, la pyramide
évidemment, le jardin de l'Infante,  la cour Carrée et la place
du Louvre. Ce qui fait beaucoup de choses à voir.






Avant de passer au "gros" de la légende, voici une petite
rétrospective de mes peintures préférées. Je les aime
beaucoup et non il n'y a pas La Joconde dedans, ce tableau
mondialement célèbre qui dispose d'un immense mur pour lui
tout seul alors que le tableau n'est pas bien grand comparé
à d'autres vraiment immenses. Non pas que je n'apprécie
pas le chef-d'oeuvre de Leonardo Da Vinci mais je trouve le
battage autour tout à fait disproportionné. Une foule s'amasse
devant le petit tableau délaissant le reste... c'est dommage.



"L'enlèvement de Déjanire"

Le centaure Nessos enlève Déjanire, la femme de son ami 
Herakles, ce dernier l'abbat d'une flèche. Le sang se
répendra sur le manteau du centaure qui l'offira à la jeune
femme pour se faire pardonner en faisant promettre à la
douce épouse de le faire porter par son mari. Mal lui en a
pris, Héraklès mourra étouffé et empoisonné par le manteau
ensorcelé du traitre avant d'aller rejoindre les Dieux et
de devenir une constellation stellaire.



"Saint Michel affrontant le Démon"

L'archange Michel, le combattant de Dieu s'apprète à
donner le coup de grâce à Satan, le dragon rouge pour
ensuite l'enchainer pour une période frôlant l'éternité et
mettre ainsi fin à la bataille opposants les anges célestes
contre les démons infernaux durant l'Apocalypse, sur
la montagne de Meguido.



"L'enlèvement des Sabins"

Une toile magnifique sur fond de bataille avec au centre
les magnifiques sabines apeurées. Notez comme la jeune
femme au centre se démarque bien du reste avec un habit
blanc et un teint de peau plus clair. Elle essaye de raisonner
les combattants, on croirait une sainte. Détails...



détails de "L'enlèvement des Sabins"








Après les peintures, les statues, si le fait de déambuler
dans un long couloir dont les murs sont remplis de portraits
tous alignés les uns derrières les autres peut évoquer des
peurs d'enfances. Le fait de se retrouver dans des salles
obscures avec pour seule compagnie des éffigie de marbre
trop réalistes à votre goût peut faire ressurgir une folie
ancestrale en chacun de nous.










L'entresol du musée est un lieu vraiment magnifique, situé sous
les verrières de l'aile Denon, il regorge de statues vraiment
ensorcelantes et d'une beauté hallucinante. Posé sur les
marches de l'escalier en marbre, je ne peux m'empêcher de
m'inventer des histoires toutes plus fantastiques les unes que
les autres dans cet univers si marquant. Je me vois la nuit,
opressé et cherchant une sotie dans ce dédale mystérieux, hanté
par ses figures de pierres qui me scrutent de leurs yeux figés.






Je ne vous apprends rien en vous annonçant que le Louvre
est entaché d'une légende rendue célèbre à la télévision.
Je veux parler de celle de Belphégor, le fameux fantôme
du Louvre qui a fait la joie des téléspectateurs il y a de cela
quelques années. Bien sûr ce succès a été repris au cinéma
même si le film n'a pas atteint les espérances placées dans
ce long métrage.





Les croyances populaires veulent que le fantôme vienne du
département de l'Egypte antique. Celui ci errerait dans le
musée à la recherche d'on ne sait quoi et en effrayant
quelques gardiens au passage. Les cambrioleurs n'ont qu'à
bien se tenir car tomber nez à nez avec un être drapé de noir
et portant un mystérieux masque, le tout en pleine nuit, n'a rien
de très rassuré même pour le plus chevronné des malfaiteurs.
Belphégor n'aime pas être dérangé, vous êtes avertis.






Bref quand on parle de Belphégor, je ne pense ni à Juliette
Gréco ni à Sophie Marceau mais plutôt à un démon, Belphégor
est un démon redoutable dans la démonologie et non un fantôme
drapé déambulant dans un musée. C'est pour cela que si un
Belphégor existerait au sein du Louvre, je le verrai plutôt dans
le département des antiquité orientales. La mésoppotamie me
semble être un berceau plus crédible que l'Egypte ancienne bien
que je ne peux rien affirmer à ce sujet.






Comme cette représentation ci dessus de la dépouille
mortelle de Catherine de Médicis, on se dit que le musée
renferme bien des mystères et autres légendes. C'est qu'il
s'est produit des tas de choses en ces murs. Je repense
au roman d'Alexandre Dumas, Les trois mousquetaires, ou
le cardinal Richelieu et son acolyte Milady de Winter conspirait
contre le roi Louis XIII, le suzerain était espionné dans son
propre palais. Si ça se trouve le musée regorge de passages
secrets et d'anecdotes du même genre.



"Saint Georges combattant le Dragon"

Encore un thème qui m'est cher et qui ressemble fortement
à celui incluant Saint Michel et le Démon. La symbolique est la
même, seuls les protagonistes diffèrent mais il est inutile de
préciser que le bien est de nouveau représenté par un saint
homme et le mal par un dragon qui n'est autre que Satan.



"La victoire de Samothrace"

Célèbre bataille du monde antique, Samothrace était, est et
restera une île grecque situé dans l'archipel des Iles du Nord
Est. On peut constater que la victoire donne des ailes ou bien
cette fameuse nouvelle est apportée par un ange... rappellons
que les anges de des religions judéo-chrétiennes n'existaient
pas encore en ces temps reculés.



Univers fantasmagoriques


Après avoir passé en revue la légende de Belphégor
et les quelques anecdotes relatives aux pierres du
musées, voici un échantillon de l'incroyable diversité du
Louvre qui offre là un monde propices à l'imaginaire et à
la fantasmagorie, aux rêves aussi bien qu'aux cauchemars...










Après avoir scruté le musée de fond en comble en nous
perdant par la même occasion, nous sortîmes du musées.
Nous avions pas mal tourné en rond, moqué les visiteurs et
commenté les oeuvres, fatigués de cette longue et épuisante
visite, nous décidâmes de nous raffraichir dans le fameux
jardin des Tuileries.






Au fond du jardin se trouvait le tristement célèbre château
des Tuileries commandé par Catherine de Médicis et dont il ne
reste que les deux ailes lattérales respectivement renommées
Pavillon du Jeu de Paume et musée du l'Orangerie. Je rappelle
que cet endroit fût le théâtre du meutre d'un homme, le boureau
des Tuileries qui fût certainement au mauvais endroit au mauvais
moment, il fût donc témoin de faits compromettants et assassiné
quelques temps après.






Comme je l'avais évoqué à plusieurs reprises dans des articles
précédents (chapitre 2 et 15 du même journal de bord),
l'apparition du fantôme du petit homme rouge des Tuileries
n'est pas un bon présage. Il est apparu à plusieurs reprises
précédents la mort de quelqu'un et surtout peu de temps
avant l'incendie qui ravagera le château ne laissant
quasiment rien de sa présence.





Outre la légende de ce fantôme, le jardin est l'occasion de
contempler des statues fantastiques ainsi qu'une grande
roue assez impresionnante même si l'ancienne Grande Roue de
Paris qui se tenait dans le VIIème arrondissement de la capitale
était deux fois plus haute et atteignait les 100 mètres de haut.
Elle est maintenant détruite.






Pour finir voici quelques statues que j'admire beaucoup, je
reste toujours un certain temps auprès d'elles pour les
admirer, je contemple l'univers qui les entoure et je repense
aux mythes et aux légendes, bref apperçu de tout ceci.



"L'enlèvement de Déjanire"

Après la toile, la statue, je ne vais pas revenir sur le
mythe (voir l'explication plus haut) mais je peux préciser
que le centaure qu'est Nessos est une créature mythique,
mi homme, mi cheval représentant parfaitement la dualité
qui se cache au plus profond de l'être humain, la pensée
et la bestialité.



"Thésée contre le Minotaure"

Mythe célèbre ou l'on voit Thésée, fils du roi d'Athènes Egée
perdu dans le labyrinthe construit par l'architecte Dédale pour
le roi de Crète, Minos. Ou plutôt pour le fils de son épouse
Pasiphaé, engendré de son union avec le taureau des mers
envoyé par Poseidon. Le Minotaure est donc ce monstrueux
fils mi homme mi taureau que tuera Thésée aidée par la fille
du roi Minos, Ariane qui grâce à un fil, aidera le héros à
sortir du labyrinthe vivant.




Et c'est ainsi que se termine mon récit au Louvre, un
endroit vraiment incroyable et riche en histoires de tous
poils. Des murs devenus célèbres qui ont pu contempler
bien des souverains, bien des reines, bien des complots et
autres drames. Le musée du Louvre réputée dans le monde
entier pour sa beauté, son Histoire et ses expositions
reste encore aujourd'hui le un lieu fantasque à l'origine de
bien des écrits des Trois Mousquetaires au Da Vinci Code en
passant par le Belphégor du musée. Un univers mythique et
unique renfermant illusions, hallucinations et fantasmes.


Publié dans Hantise

Commenter cet article

imad 11/10/2010 02:53


rouhou nikou matkoume


camus 11/10/2010 08:17



Oui je suis d'accord...



ad-mary44 01/01/2010 09:28


TOUS MES VOEUX pour cette nouvelle année ; qu'elle nous apporte un échange agréable et précieux dans le monde de la blogosphère. CET ARTICLE EST TOUT SIMPLEMENT REMARQUABLE et je suis heureuse de
commencer l'année par sa lecture. AH, le Louvre, j'allais en classe tout près de ce musée et je jardin des Tuileries est celui de mon enfance. A BIENTOT


camus 02/01/2010 09:41


Et bien je suis content que cet article te plaise (tu as du voir pleins de photos de sculptures que tu chéris tant). Très touché par ce compliment, j'espère que cette année sera riche en échange,
en découverte et en rencontre. Les Tuileries ont plus bercé mon adolescence, merci pour l'anecdote !


Marie-Josiane 07/08/2009 16:40

Ah le célèbre musée du Louvre... Je l'ai visiter 2 fois mais, à part le "quartier" égyptien, on ne peut pas dire que j'ai été ravie, je ne suis pas spécialement amatrice de peintures. Par contre, les plafonds du Louvre sont splendides. Comment évoquer le Louvre sans penser à Da Vinci Code? Génial ton article!

~~Kri~~ 31/07/2009 09:38

Je me promets que je ne mourrai pas sans avoir visiter le Louvre!!
Il parait qu'il faut au moins une semaine pour tout voir :-O
Tes photos sont très belles et le N/B donne du cachet et de la personnalité!

Merlin 30/07/2009 15:41

Le Louvre, quel beau palais qui fait si fantasmer ...
Je crois effectivement avoir aperçu l'original de la statue des chevaux de Marly-le-Roy.