Chasseur de légendes 23

Publié le par camus


Journal de bord d'un chasseur de légendes


chapitre 23


Esprit es tu là ?



Coup de gueule ! : Cet article va être l'occasion de
lancer un gros coup de gueule contre over-blog,
figurez vous que depuis quelques jours, chaque fois
que je publie un article, la plupart de mes textes,
voir de mes images sont déplacés tout en bas, adieu
le calibrage et le chainage, pffuit la mise en page et
la cohérence en prends un sale coup. Si c'est un défaut
à cause de la dernière maintenance d'over-blog, qu'elle se
corrige vite et bien car refaire la mise en page de l'article
deux voir jusqu'à cinq fois de suite après la publication ça
fait non seulement pas très sérieux mais ça a le don de me
gonfler royalement ! J'estime passer déjà suffisamment
de temps sur un article (entre 1h 30 à 4h) pour ne pas en
rajouter comme ça, si vous vous sentez concernés chers
bloggeurs, n'hésitez pas à le faire savoir car pour le premier
portail d'hébergement de blog en France, ça craint un peu.



Aujourd'hui, c'est dans un endroit un peu moins
célèbre que je vous emmène, il s'agit du cimetière des
Batignolles situé dans le 17ème arrondissement de
Paris, il a la particularité d'être accolé au périphérique
ce qui le rend étonnament bruyant et à la fois
très calme, explications...




Le cimetière des Batignolles est un cimetière parisien
situé dans le 17ème arrondissement de la capitale, tout
proche du périphérique, il est séparé de la ville de Clichy par
ce dernier. Ce cimetière est moins connu par rapport à ses
homologues du Père Lachaise, de Montmartre ou de
Montparnasse, pourtant il se trouve dans quartier très
fréquenté, près de la Porte de Clichy et derrière le Lycée /
Collège International Honoré de Balzac.





Ce cimetière à beaucoup de similitudes avec le
cimetière de Montmartre, premièrement il se situe dans
l'arrondissement voisin de ce dernier. Deuxièmement ce
cimetière fait exactement la même superficie que celui
de Montmartre et enfin il est lui aussi enjambé par un
pont, celui du périphérique. Il traverse en deux endroits le
cimetière des Batignolles même si c'est moin flagrant qu'à
Montmartre. Contrairement au Père Lachaise et à
Montmartre, ce cimetière est moins accidenté et se révèle
assez plat comme Montparnasse.





J'aime beaucoup ce cimetière qui est nettement moins
fréquenté que les autres cimetières de la capitale. En
revanche celui ci dispose d'allées et de tombes plus
modernes, ce qui est un peu triste je vous l'accorde mais
si une bonne partie du cimetière ce plie aux règles du
conformisme, un bon nombre de cryptes et autres
pierres tombales valent le coup d'oeil. Pour finir, ce
cimetière est sûrement le plus boisé et le plus vert de
Paris après celui du Père Lachaise.





L'endroit habrite quelques célébrités comme les peintres
André Breton et Edouard Villard, mais c'est surtout
Joséphin Péladan qui intrigue, on le disait mage de l'art
Symboliste. Cet homme était il véritablement doué
d'un don surnaturel ? Le symbolisme est il est vrai assez
mystérieux, mais il faut avouer que le titre de ce monsieur
l'est encore plus. Pratiquait il la magie, était il médium ?
Joséphin Péladan était surtout un écrivain et un occultiste,
son oeuvre la plus célèbre est : Le vice suprême préfacé
par Jules Barbey d'Aurevilly (L'ensorcelée).





Les oeuvres de Joséphin Péladan sont Ishtar, Comment
devient on un mage, Curieuse ou encore La doctrine de
Dante, il s'est aussi essayé à la tragédie avec  Babylone,
Le prince de Byzance, Oedipe et le Sphinx ou encore
Sémiramis. Il a aussi écrit quelques essais notament sur
Léonard de Vinci. La plupart de ses écrits sont imprégniés
de myticisme oriental. L'homme se fera appeller "le mage
d'Epinal" et mourra en 1918 presque oublié de tous.



Les anges des Batignolles :


Voici une petite collection sur les anges que l'on peut
croiser dans le cimetière des Batignolles, petits ou
grands, j'ai pris plaisir à les débusquer et les immortaliser.











Mis à part quelques gardiens et pas mal d'agents d'entretien,
je n'ai pas croisé grand monde, tant mieux me direz vous,
mais si je n'ai pas croisé de touristes à proprement dit, les
camions nettoyeurs et les techniciens de surface étaient
bien présents, pas de fantôme, pas d'esprit non plus à
l'horizon même si j'avoue que j'ai éprouvé un sentiment
étrange à deux endroits différents mais pas très éloignés.


  la tombe près de l'endroit ou
j'ai éprouvé un sentiment étrange



Le premier endroit était près d'une intersection, elle
même proche d'une des extrémités du cimetière, la
partie sud/sud-ouest, un sentiment bizarre s'empara
de moi, j'eu la sensation d'être observé mais étrangement
ce n'était pas vraiment un ressentiment, c'était plutôt
positif, à la fois intrigant et plaisant. Comme une sensation
de bien être, comme si une personne désirée était tapie
dans l'ombre et observait l'être interessé (en l'occurence,
ma personne) mais avec les meilleures intentions du monde.


la cantatrice Jane Margyl



L'autre endroit se trouvait dans une petite allée, séparée
de l'entrée du cimetière par une rangées d'arbustres, de
buissons et de quelques arbres. Cet endroit est sans conteste
celui qui m'a le plus marqué. Et c'est devant la tombe de la
cantatrice et chanteuse d'opéra Jane Margyl que j'ai de
nouveau éprouvé cette curieuse sensation, un brin plus
mélancolique ce coup ci. Le parfum des fleurs embaumait
les alentours alors que précédement c'était l'odeur
des arbres qui prédominait.




 

la tombe de la cantatrice est très impressionnante



Je restais quelques minutes à observer la tombe
d'un blanc immaculé de la cantatrice, la beauté du
tombeau me touchait et puis il y avait toujours cette
sensation à la fois d'être observé et celle d'être aimé
ou tout du moins d'être apprécié. Je ne savais que trop
penser, je n'avait rien de spécialement agréable en tête
pourtant à ce moment là. Les tombes belles et
mystérieuses et la végétation environnante devaient faire
jouer mon imagination, surtout que la sculpture qui se
tenait devant moi avait une autre particularité.




 

pas de panique, ce n'est pas
du sang, juste des fleurs



Cette particularité est attristante car la tombe
est assez sale, les arbres à fleurs laissent tomber
leurs pétales, leurs pistils et leurs nectars sur cette
pauvre statue. Seulement la couleur, même si j'avoue
avoir joué quelque peu sur la saturation des couleurs,
de toutes ces déchets végétaux font penser à du sang.
Une tombe repésentant une femme ensanglantée,
voilà qui est bien théatral.




 

là, vous devriez y voir plus clair



Je parlais du contraste sonore qui règne dans ces lieux,
toute la partie nord, celle se trouvant sur le côté de Clichy,
celle se trouvant sous le pont et celle se trouvant aux
abords du périphérique et même au centre de ce cimetière,
sont soumises au bruits incessant de la circulation et même
des travaux. Plus au sud, il se trouve que certains endroits
sont étrangements calmes. La végétation et l'éloignement par
rapport à la circulation y font certainement, mais il est
étonnant de se rendre compte qu'un calme serain et presque
fantômatique règne dans certaines zones de la nécropole.




 

un effet aquarelle et surréaliste pour
une bien jolie tombe de style antique



J'ai beaucoup aimé me balader dans ce cimetière,
pour une fois, je n'ai pas croisé de chats, pourtant
récurents dans la plupart des cimetières. Non cette
fois ci c'était plus fleurs, verdure et rayons de soleil,
un tableau de rêve mais ne vous trompez pas, certains
endroits dégagent tristesse, regrets et mal-être.




 

la déesse Athéna ? Ici ?



J'ai même pu voir quelques sculptures atypiques
comme celle représentant la déesse grecque Athéna
(la sagesse, la stratégie et l'art de la guerre) sur la
tombeau d'une femme qui semblait être également
une chanteuse d'opéra. Je ne me rapelle plus de son
nom mais finalement par intimité ce n'est pas plus
mal. C'est d'ailleurs avec ces quelques statues que
je terminerai l'article.




 





Et c'est ainsi que s'achève la visite du cimetière des
Batignolles, alors oui il s'agit bien d'une de mes chasses
aux fantômes, la 23ème et non je n'ai ni vu, ni entendu
le moindre revenant. Mais le fait de fouler les allées de
ce cimetière et d'y croiser la tombe d'un écrivain adepte
de l'occultisme et du symbolisme, de belles tombes et
un cadre quasi surnaturel surtout par endroit, et bien ça
valait bien le détour. Un endroit qui reste bel et bien
chargé d'histoires et d'amours peut être ignorés
ou tout simplement perdus.



J'espère vous donner rendez-vous très prochainement,
peut être pour une visite de la ville de Saint Ouen (93),
d'ici là je vous souhaite une bonne journée et un bon
appétit vu qu'il va être midi !


Publié dans Hantise

Commenter cet article

search here 04/12/2014 13:03

The cemetery of Batignolles is a Parisian one and that is the essence of the culture and tradition of them. This place is awesome and looks great. This is the place where the dead are lying in peace.

LA+COTENTINE 02/05/2009 18:56

superbe !!!!!!!!!! et dire que je ne le connais pas ce bel endroit !!! décidément, il faut que je revienne faire un tour à Paris...pour les cimetières !!

MissLulu 28/04/2009 09:00

cet article est pas mal de choses à la fois, renversant, boulversant, intrigant, mais aussi magnifique. toutefois, il y dans ses statuts un lourd passé, et elles paraissent si tristes, peut être qu'on ne les regarde pas assez, que notre égard vis à vis d'elle n'est pas à la hauteur de leur espérence ...
c'est peut être en cela qu'elles t'en sont reconnaissantes, tu les apprécies pr leur valeur, leur passé, leur beauté, leur voyage ...
bisous

Merlin 26/04/2009 17:58

Je suis très attaché à cet endroit car j'ai des membres de ma famille qui y demeurent à jamais.
Belles photographies émouvantes que j'observe ici.

miangemifemme 25/04/2009 23:38

pleins de photo que j'aime beaucoup